Jeudi 10 avril 2014

Aujourd'hui, avis aux amateurs de whisky, je visite deux distilleries.

Après mon petit déjeuner avalé, direction Ballindalloch, dans le Banffshire, où se trouve la distillerie The Glenlivet, la plus ancienne distillerie légale d'Ecosse, fondée par George Smith en 1824.

George Smith, fondateur de la distillerie The Glenlivet

 Une visite très intéressante sur l'histoire du whisky, et sur sa fabrication, de l'arrivée de l'orge, jusqu'au fûts vieillis de nombreuses années.



La visite se termine par la dégustation d'un whisky 18 ans d'âge, et je reprend la route en direction d'Aberlour, à une dixaine de minutes de là.


La visite suivante à lieu à 14 h, cela me laisse un peu de temps pour pique-niquer sur les bords de la rivière.

Une fois mon pique-nique terminé, je me dirige vers la distillerie Aberlour.



La visite est tout aussi intéressante que la première, avec quelques différences dans la façon de préparer le whisky, différents alambics, etc...
On nous offre même la possibilité de goûter l'orge avant qu'il n'entre en fermentation. Un goût fumé, un peu désagréable ; et par la suite, on nous fait goûter la mousse produite lors de la fermentation, dont le goût se rapproche fortement de celui de la bierre.

L'atmosphère chargé d'alcool ne m'a pas permis de prendre de photos.
Toutefois, une fois à l'exterieur, il m'a été autorisé de prendre cette photo des quatre alambics utilisés par la distillerie.

Au centre, les alambics de première distillation (wash stills)
Aux extrémités, les alambics de seconde distillation (spirit stills)

Après le tour de l'"usine", la visite se poursuit en salle, avec la dégustation de différents whiskys produits par la distillerie Aberlour :



Dans le verre le plus à gauche, le liquide translucide est le New Spirit.
Il s'agit du whisky qui sera placé en fût pour maturation, pendant un minimum légal de 3 ans.
Par la suite, il prendra sa teinte dorée.

Les cinq autres verres contiennent dans l'ordre : Bourbon Cask Matured, Sherry Cask Matured, 10 years old, 16 years old et a'bunadh.
Différents whiskys, différentes robes, différentes forces.

Même si je ne suis pas amateur de whisky, il a s'agit là de deux visites fortes d'enseignements, et qui m'a fait découvrir le whisky d'une autre manière. Un produit noble, long à concevoir, et qui mérite sa place de produit de luxe.


Sur le chemin du retour vers Aviemore, je tombe sur une charmante petite chapelle, avec son cimetière, en pleine campagne, comme on en trouve de temps en temps en Ecosse.


Je ne me serait sans doute pas arrêté là, si je n'avais pas vu sur le bord de la route, un panneau annoncant "Pictish stones" (Pierres pictes) :



Pour finir la journée, retour à Aviemore, et diner dans un Fish & Chips.